Hugo Dalphonddernière mise à jour février 2020

Étude sur la pénombre (2020)

Étude sur la pénombre s’inscrit dans un cycle de travail sur l’usage de la lumière en art. Je désire m’extraire de la tendance qui réduit souvent le travail de la lumière à l’innovation technologique ou au spectaculaire. Cette idéologie valorise l’élaboration d’apparatus détachés de toute relation sincère au réel, ce qui échoue, il me semble, à nous informer sur le monde dans lequel nous vivons.

 

À l’inverse, je m’intéresse à approfondir le potentiel relationnel de la lumière. Je désire comprendre comment elle donne forme à l’espace; comment elle révèle les corps présents; comment elle établit des spatialités; comment son comportement altère notre perception du temps. Sont alors générées des situations qui interrogent l’immédiateté du vécu et la dimension sensible de notre rapport à la lumière, à l’espace et aux corps. J’explore donc ici une approche somatique qui s’articule principalement sur l’organisation de l’attention du spectateur et sur la succession de différents états de perception.

Noir absolu. Un performeur. 90 spectateurs.

Performance | François Richard

Son | Mathieu Arsenault